search
Include:
The following results are related to DARIAH EU. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
27 Research products, page 1 of 3

  • DARIAH EU
  • 2017-2021
  • FR
  • US
  • French
  • Mémoires en Sciences de l'Information et de la Communication
  • Hyper Article en Ligne
  • Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société
  • Hal-Diderot
  • HAL AMU
  • DARIAH EU

10
arrow_drop_down
Relevance
arrow_drop_down
  • French
    Authors: 
    Angela Cossu;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Marchand, Joël;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Huma-Num is a Very Large Research Infrastructure (known by its initials in French as TGIR) led by the French Ministry of Higher Education and Research and operated by the CNRS (the French National Centre for Scientific Research).It provides services to the entire Humanities and Social Sciences (HSS) academic community and particularly digital services that are focused on research data management with the aim of helping researchers manage the lifecycle of their data.Huma-Num has designed and provided to the community a new storage service for large volumes (several terabytes) of cold or warm data, so-called because it is rarely accessed or modified, but which does have a high value and therefore needs to be safely secured.How the project was designed, the desired outcomes compared with the previous solution (iRods), the selected solution (Active-Circle software on generally-available hardware), the features of the solution, the network architecture implemented (deployment on RENATER through VPN) and the integration with an LDAP directory will be presented.The collaboration that has been set up with the MSH (Houses of the Human Sciences), the information systems directorates of the affiliated universities and with RENATER will also be described.A progress report on the deployment of the project in seven points of presence in France will be provided, and the project’s development opportunities will be pointed out.; Huma-Num est une Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) pilotée par le Ministère de l'enseigne-ment supérieur et de la recherche, et opérée par le CNRS. Elle rend des services à l'ensemble de la communauté académique en Sciences Humaines et Sociales (SHS) et notamment des services numériques, orientés sur la gestion des données de la recherche, ceci dans le but d'aider les chercheurs à gérer la vie de leurs données. Huma-Num a conçu et proposé à la communauté un nouveau service de stockage nommé Huma-Num Box et destiné aux gros volumes de données (plusieurs To) dites « froides » ou « tièdes », c'est-à-dire peu accédées et modifiées, mais à forte valeur et donc nécessitant une sécurisation importante. Il sera exposé la façon dont le projet a été conçu, les objectifs recherchés par rapport à la solution pré-cédente (iRods), la solution retenue (logiciel Active-Circle sur matériel banalisé), les fonctionnalités de la solution, l'architecture réseau mise en oeuvre (déploiement sur RENATER au travers de VPN) et l'intégra-tion avec un annuaire LDAP. Il sera également indiqué les collaborations qui ont été mises en place avec les Maisons des Sciences de l'Homme (MSH), les DSI des universités de rattachement, et RENATER. Il sera fait un point d'étape sur le déploiement du projet dans 7 points de présence sur le territoire, et indiqué les perspectives d'évolution du projet.

  • French
    Authors: 
    Bergounioux, Gabriel; Colombat, Bernard; Léon, Jacqueline;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Cette publication des Dossiers d’HEL, supplément électronique à la revue HEL, comporte huit articles issus des communications du colloque SHESL-HTL 2015 « Corpus et constitution des savoirs linguistiques ». Ce colloque a eu lieu les 30 et 31 janvier 2015 à Paris et a été co-organisé par la SHESL, le laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques (UMR 7597) et le Laboratoire Ligérien de Linguistique (UMR 7270), sous la direction de Gabriel Bergounioux, Bernard Colombat et Jacqueline Léon (cf. l’appel à colloque et le programme [http://www.shesl.org/spip.php?rubrique76]). Une autre partie des communications a fait l’objet d’une publication dans le numéro XXXVIII/2 d’Histoire Épistémologie Langage, « Corpus et constitution des savoirs linguistiques et pérennisation des données » (décembre 2016). Nous en donnons la liste à la fin de cette présentation.

  • French
    Authors: 
    Vanden Daelen, Veerle; Edmond, Jennifer; Links, Petra; Priddy, Mike; Reijnhoudt, Linda; Tollar, Václav; van Nispen, Annelies; Hauwaert, Charlotte; Riondet, Charles;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | EHRI (654164)
  • French
    Authors: 
    Masclet De Barbarin, Marie;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Ce guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est né de la réflexion d’un groupe de chercheurs, de professionnels de la documentation et de juristes structuré dans le cadre d’un groupe de travail Éthique et Droit. Face au renouvellement des problématiques liées aux droits d’auteurs, à la confidentialité, à la sécurisation et à la validation des données dans un contexte de mutation technologique, le groupe de travail Éthique et Droit a lancé un appel à communication ouvert à toutes les personnes s’intéressant aux problématiques éthiques et juridiques en matière de diffusion des données en SHS. Les auteurs ont été invités à proposer soit des retours d’expériences soit des articles portant sur les enjeux éthiques et juridiques en matière de diffusion des données en SHS, en explorant les solutions concrètes envisageables ou envisagées dans le cadre des cinq étapes de diffusion identifiées au préalable : la préparation de la recherche et l’anticipation de l’archivage ; la collecte des données ; le traitement, l’archivage et la description des données ; la diffusion des résultats de la recherche et la réutilisation des données.Il est important ici de souligner le caractère ambitieux de la démarche, à la fois prospective et réflexive, empirique et comparative, et surtout résolument pragmatique. Ce projet, labellisé par la Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities (DARIAH) en 2015 et financé par le Service commun de documentation (SCD) d’AMU, par la MMSH et par le consortium des ethnologues de la Très Grande Infrastructure de recherche (TGIR) Huma-Num a été supervisé par un comité scientifique qui s’est porté garant de la rigueur scientifique de la démarche.

  • French
    Authors: 
    Ginouvès, Véronique; Gras, Isabelle;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; En guise de postface, il nous a semblé nécessaire de revenir sur le processus collaboratif de la fabrication de cet ouvrage et de vous confier la genèse de ce projet. Tout est parti d'un constat pragmatique, de nos situations quotidiennes de travail : le/la chercheur·e qui produit ou utilise des données a besoin de réponses concrètes aux questions auxquelles il/elle est confronté·e sur son terrain comme lors de tous ses travaux de recherche. Produire, exploiter, diffuser, partager ou éditer des sources numériques fait aujourd'hui partie de notre travail ordinaire. La rupture apportée par le développement du web et l'arrivée du format numérique ont largement facilité la diffusion et le partage des ressources (documentaires, textuelles, photographiques, sonores ou audiovisuelles...) dans le monde de la recherche et, au-delà, auprès des citoyens de plus en plus curieux et intéressés par les documents produits par les scientifiques.

  • French
    Authors: 
    Baude, Olivier; Joffres, Adeline; Larrousse, Nicolas; Pouyllau, Stéphane;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Cuxac, Pascal; Collignon, Alain; Gregorio, Stéphanie; Parmentier, François;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; In this paper we present an automatic approach to disambiguate and align geographic entities. A method based on word embeddings allows, from unsupervised learning, to remove ambiguity with polysemic terms. This allows automatic alignment with different databases (BNF, wikidata...) having a triplestore. We then use semantic web technologies, both to expose the data in a different way (data.istex) but also to allow complex queries that cannot be solved from traditional search engines. We will discuss a concrete case based on the ISTEX database, and a qualitative evaluation of the method will be proposed.; Dans cet article nous présentons une approche automatique visant à désambiguïser et aligner des entités géographiques de type placeName. Une méthode basée sur des plongements lexicaux permet, à partir d'un apprentissage non supervisé de lever l'ambiguïté face à un terme polysémique. Cela permet alors un alignement automatique avec différents réservoirs (BNF, wikidata…) possédant un triplestore. Nous utilisons alors les technologies du web sémantique, pour à la fois exposer les données de façon différente (data.istex) mais également autoriser des requêtes complexes impossibles à résoudre à partir de moteurs de recherche classiques. Nous aborderons un cas concret basé sur le réservoir ISTEX, et une évaluation qualitative de la méthode sera proposée.

  • French
    Authors: 
    Gillet, Florence;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Within the last twenty years, cultural institutions have unquestionably entered the digital age. The technological advances in terms of scanners, search interfaces, storage media or internet connection have offered new opportunities for managing and valorising collections. At present, thousands of documents have been scanned and new technologies are an integral part of each step of the production of knowledge: accessibility of sources, content analysis, conservation and valorisation. The transition to new technologies is furthermore a response to a global change towards a more connected society where the access to knowledge is facilitated and where work tools as well as sources are increasingly virtual. The dramatic changes in the digital age have even been compared to those introduced by the advent of writing and the invention of printing.For several years now, the development of new technologies has considerably influenced the behaviour of users in archive centres and libraries. For this reason, several institutions have questioned their policies and developed new strategies with regard to the digital reality, with sometimes mixed results as these were not always consistent with the needs of their varied publics.In order to offer adequate tools, several institutions have understood the importance of focusing on the users, not only by thoroughly analysing their practices but also by listening to their different needs. Numerous survey projects have thus been initiated which have allowed to precisely define the profile of the different publics and their expectations with regard to digital access to knowledge.The study day “Study of the Behaviour and Needs of the Users in Archive Centres and Libraries” proposes to examine the different initiatives of the last years, directing the debate along three principal lines:-The scientific approach and the methods of analysis used in the context of this type of project (web analytics, log files, interviews, online survey, focus group, usability testing). The purpose is to question the problems related to their implementation and their efficiency.-The results. Who are the identified publics? What are their expectations? Which are the convergences between the different institutions?-The specific answers with which libraries and archive centres can contribute to the transformations in society and to the new expectations that are being created.; Depuis une vingtaine d’années, les institutions culturelles sont indiscutablement entrées dans l’ère du numérique. Les progrès technologiques en terme de scanners, d’interfaces de recherche, de supports de stockage ou de connexion au réseau ont offert de nouvelles opportunités de gestion et de valorisation des collections. Aujourd’hui, des milliers de documents ont été scannés et les nouvelles technologies font partie intégrante de chacune des étapes de la production du savoir : mise en accès des sources, analyse du contenu, conservation et valorisation. Le passage aux nouvelles technologies répond par ailleurs à une mutation globale vers une société plus connectée, où l'accès aux connaissances est facilité et où tant les instruments de travail que les sources elles-mêmes sont de plus en plus virtuels. Certains ont été jusqu’à comparer les bouleversements causés par l'âge du numérique à la rupture introduite par l'avènement de l'écriture et l'invention de l'imprimerie.Depuis plusieurs années déjà, il apparaît que le développement des nouvelles technologies modifie considérablement le comportement des utilisateurs dans les centres d’archives et les bibliothèques. Ce constat a amené nombre d’institutions à se remettre en question et à développer de nouvelles stratégies autour de la réalité numérique, avec des résultats parfois mitigés car trop éloignés des attentes de leurs différents publics. Afin de pouvoir proposer des outils adéquats, plusieurs institutions ont compris l’intérêt de remettre les utilisateurs au centre de leur réflexion, non seulement en analysant en profondeur leurs pratiques mais également en leur donnant la parole pour identifier leurs attentes. De nombreux projets d’enquête ont ainsi vu le jour et ont permis de définir de manière précise le profil des différents publics et leurs attentes en terme d’accès numérique au savoir. La journée d’étude « Étudier les comportements et besoins des utilisateurs dans les centres d'archives et bibliothèques » propose de revenir sur les différentes initiatives qui ont été menées ces dernières années, en orientant la discussion selon trois axes principaux : -La démarche scientifique et les méthodes d’analyse utilisées dans le cadre de ce type de projet (web analytics, log files, interviews, enquête en ligne, focus group, usability testing). L’objectif est de s’interroger sur les problématiques liées à leur mise en œuvre ainsi que sur leur efficacité.-Les résultats obtenus. Quels sont les publics identifiés ? Quelles sont leurs attentes ? Quelles convergences observe-t-on entre les différentes institutions ?-Les réponses concrètes que les bibliothèques et centres d’archives sont en mesure d’apporter aux transformations sociétales et aux nouvelles attentes qui se créent.; Sinds een twintigtal jaar zijn culturele instellingen zonder twijfel het digitale tijdperk binnengetreden. De technologische vooruitgang op het gebied van scanners, zoekinterfaces, opslagmedia en internetverbindingen hebben nieuwe mogelijkheden gecreëerd voor het beheer en de valorisatie van collecties. Er werden al duizenden documenten gescand en tegenwoordig vormen nieuwe technologieën een integraal onderdeel van elke stap van de kennisproductie: toegankelijkheid van de bronnen, inhoudsanalyse, conservatie en valorisatie. De overgang naar nieuwe technologieën is bovendien een reactie op een wereldwijde evolutie naar een meer verbonden maatschappij waarin de toegang tot kennis wordt vergemakkelijkt en waarin werkinstrumenten en bronnen steeds vaker virtueel zijn. De dramatische veranderingen veroorzaakt door het digitale tijdperk werden zelfs al vergeleken met die geïntroduceerd door de komst van het schrijven en de uitvinding van de boekdrukkunst.De ontwikkeling van nieuwe technologieën oefent al een aantal jaren een aanzienlijke invloed uit op het gedrag van archief- en bibliotheekgebruikers. Vele instellingen hebben daarom hun beleid in vraag gesteld en nieuwe strategieën ontwikkeld met betrekking tot de digitale werkelijkheid. De resultaten waren niet altijd onverdeeld positief omdat de strategieën soms niet in overeenstemming waren met de behoeften van het gevarieerde publiek.Verscheidene instellingen hebben begrepen dat ze aandacht moeten besteden aan de gebruikers als ze geschikte werkinstrumenten willen kunnen aanbieden. Ze beseften dat ze niet enkel de praktijken van de gebruikers grondig moesten analyseren, maar ook naar hen moesten luisteren om hun behoeften te kunnen begrijpen. Talloze onderzoeksprojecten werden opgestart en deze hebben het mogelijk gemaakt om het profiel van de verschillende doelgroepen en hun verwachtingen met betrekking tot de digitale toegang tot kennis nauwkeurig te definiëren.Tijdens de studiedag “Inside the User’s Mind” zullen de verschillende initiatieven van de laatste jaren volgens drie hoofdonderwerpen besproken worden:-De wetenschappelijke benadering en de gebruikte analysemethoden in het kader van dit soort projecten (web analytics, logbestanden, interviews, online enquêtes, focusgroepen, usability testing). Het doel is om de problemen in verband met de uitvoering ervan en hun effectiviteit te bespreken. -De resultaten. Welke doelgroepen werden geïdentificeerd? Wat zijn hun verwachtingen? Welke overeenkomsten zijn er tussen de verschillende instellingen?-De concrete reacties van bibliotheken en archieven op de maatschappelijke veranderingen en nieuwe verwachtingen.

  • French
    Authors: 
    Joachim Schöpfel; Eric Kergosien; Hélène Prost;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Dans nos séminaires, colloques et enquêtes, nous sommes régulièrement interpellés sur ce point : « Pour commencer, pourriez-vous définir ce que veut dire ‘données de la recherche’ ? » Une bonne question : pouvons-nous les définir ? Que savons-nous de ces objets à la fois scientifiques, politiques et économiques que sont les données ? Souvent, nous répondons avec Borgman et al. (2012) que les données, c’est un concept difficile à définir à cause de leur grande variété, qu’elles fussent physiques ou numériques. Mais est-ce vraiment satisfaisant ?Selon Chignard (2012, p.10), « tout est donnée ». Dans l’introduction de son livre "Big data, little data, no data", C. Borgman (2015) constate qu’il est impossible de s’accorder sur une seule définition, en particulier en sciences humaines et sociales. Certains guides, manuels et présentations omettent tout simplement de définir leur objet, se limitant à énumérer quelques exemples pour délimiter le périmètre. Or, ce genre d’absence de consensus sur la définition de concepts-clés est caractéristique pour des domaines émergents (De Mauro et al. 2016) mais ne suffit pas ni pour la curation des données, ni pour la recherche, ni pour la mise en œuvre d’une politique raisonnée d’information scientifique et technique.