Advanced search in Research products
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Any field
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
The following results are related to DARIAH EU. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
51 Research products, page 1 of 6

  • DARIAH EU
  • Publications
  • Research data
  • Other research products
  • 2012-2021
  • FR
  • US
  • French
  • Mémoires en Sciences de l'Information et de la Communication
  • Hal-Diderot

10
arrow_drop_down
Relevance
arrow_drop_down
  • Open Access French
    Authors: 
    Savonnet, Marinette;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Les Systèmes d'Information Scientifique (SIS) sont des Systèmes d'Information (SI) dont le but est de produire de la connaissance et non pas de gérer ou contrôler une activité de production de biens ou de services comme les SI d'entreprise. Les SIS se caractérisent par des domaines de recherche fortement collaboratifs impliquant des équipes pluridisciplinaires et le plus souvent géographiquement éloignées, ils manipulent des données aux structures très variables dans le temps qui vont au-delà de la simple hétérogénéité : nuages de points issus de scanner 3D, modèles numériques de terrain, cartographie, publications, données issues de spectromètre de masse ou de technique de thermoluminescence, données attributaires en très grand volume, etc. Ainsi, contrairement aux bases de données d'entreprise qui sont modélisées avec des structures établies par l'activité qu'elles supportent, les données scientifiques ne peuvent pas se contenter de schémas de données pré-definis puisque la structure des données évolue rapidement de concert avec l'évolution de la connaissance. La gestion de données scientifiques nécessite une architecture de SIS ayant un niveau d'extensibilité plus élevé que dans un SI d'entreprise. Afin de supporter l'extensibilité tout en contrôlant la qualité des données mais aussi l'interopérabilité, nous proposons une architecture de SIS reposant sur : - des données référentielles fortement structurées, identifiables lors de la phase d'analyse et amenées à évoluer rarement ; - des données complémentaires multi-modèles (matricielles, cartographiques, nuages de points 3D, documentaires, etc.). Pour établir les liens entre les données complémentaires et les données référentielles, nous avons utilisé un unique paradigme, l'annotation sémantique. Nous avons proposé un modèle formel d'annotation à base ontologique pour construire des annotations sémantiques dont la cohérence et la consistance peuvent être contrôlées par une ontologie et des règles. Dans ce cadre, les annotations offrent ainsi une contextualisation des données qui permet de vérifier leur cohérence, par rapport à la connaissance du domaine. Nous avons dressé les grandes lignes d'une sémantique du processus d'annotation par analogie avec la sémantique des langages de programmation. Nous avons validé notre proposition, à travers deux collaborations pluridisciplinaires : - le projet ANR CARE (Corpus Architecturae Religiosae Europeae - IV-X saec. ANR-07- CORP-011) dans le domaine de l'archéologie. Son objectif était de développer un corpus numérique de documents multimédia sur l'évolution des monuments religieux du IVe au XIe siècle (http://care.tge-adonis.fr). Un assistant d'annotation a été développé pour assurer la qualité des annotations par rapport à la connaissance représentée dans l'ontologie. Ce projet a donné lieu au développement d'une extension sémantique pour MediaWiki ; - le projet eClims dans le domaine de la protéomique clinique. eClims est un composant clinique d'un LIMS (Laboratory Information Management System) développé pour la plate-forme de protéomique CLIPP. eClims met en oeuvre un outil d'intégration basé sur le couplage entre des modèles représentant les sources et le système protéomique, et des ontologies utilisées comme médiatrices entre ces derniers. Les différents contrôles que nous mettons en place garantissent la validité des domaines de valeurs, la complétude, la consistance des données et leur cohérence. Le stockage des annotations est assuré par une Base de Données orientées colonnes associée à une Base de Données relationnelles.

  • Open Access French
    Authors: 
    Angela Cossu;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Pouyllau, Stéphane;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | HaS-DARIAH (675570)

    International audience; Le web sémantique et l'ouverture des données (publications, archives, référentiels) dans les sciences humaines et sociales (SHS) ont permis la création outils de recherche nouveaux permettant à la fois de créer des portails documentaires (autour de moteurs de recherche sémantiques) et des applications pouvant être embarquées dans des sites web. ISIDORE, l'accès unifié aux données, publications et informations des SHS entre dans cette catégorie. Lancé en 2010 par le CNRS et actuellement développé par Huma-Num, ISIDORE propose, outre un moteur de recherche sur le web, une collection d'applications permettant de l'utiliser de façon « embarqué » pour des usages aux plus près des besoins des enseignants-chercheurs et des étudiants.

  • Open Access French
    Authors: 
    Lhoste, Evelyne;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Notre enquête porte sur le centre national de recherche zootechnique de l’Inra à Jouy-en-Josas (CNRZ), le berceau de la recherche sur les productions animales. Ouvert en 1950 avec pour enjeu de recherche la modernisation de l’élevage français, le domaine agricole de Vilvert fut quasiment déserté dans les années 1970 suite à une vague de décentralisation imposée par l’Etat. Lorsqu’en 1980 l’Inra se lance dans les biotechnologies, Le centre de recherche de Jouy-en-Josas en devient le fer de lance. Il est aussi entraîné dans le mouvement de polarisation de la recherche au sein de la Région Ile-de France et plus tard, de l’Université Paris-Saclay. Bien qu’il ne porte plus l’épithète « national », le Campus de Vilvert conserve une haute valeur symbolique pour l’institution du fait de sa situation métropolitaine et de son envergure internationale. En abordant le Campus de l’Inra de Jouy-en-Josas comme un paysage socio-technique qui rend visible l’histoire du champ scientifique des productions animales, nous étudions l’inscription de cet objet dans l’espace géographique à travers des cartes que nous mettons en parallèle avec l’évolution des territoires scientifiques. Dans l’espace scientifique, les champs thématiques se situent à la frontière des sciences de l’animal, de l’alimentation et des microbes. Nous avons cherché à cartographier les réseaux de collaboration scientifique à travers une analyse lexicométrique des productions scientifiques. Nous postulons que les changements dans la gestion du territoire physique traduisent les dynamiques sociales, épistémiques et politiques d’un champ de recherche autant qu’ils les modèlent. Ce travail contribue à l’étude des changements induits par le passage d’un régime de production des connaissances qualifié de colbertiste très lié aux filières de l’élevage à un régime de capitalisme académique voué aux biotechnologies (Bonneuil et Thomas, 2009) et comment ils s’inscrivent dans les matérialités. Cette notion de régime permet d’appréhender comment s’articule un ensemble non homogène mais néanmoins coordonné de discours, de pratiques, de productions (écrits, techniques, standards, procédures), de valeurs et de normes (épistémologiques, morales et sociales) dans et hors du monde de la recherche. Au niveau géographique, les bâtiments d’élevage sont déconstruits pour libérer de la surface au profit de laboratoires de biologie moléculaire. Ces agencements sont contemporains de transformations dans les cultures épistémiques des chercheurs. Dans la période antérieure, il s’agissait plutôt d’agronomes souvent plus enclins à transférer les connaissances à la profession qu’à rédiger des articles pour des revues scientifiques. La révolution « biotech » voit arriver de jeunes universitaires tandis que l’institution incite ses chercheurs à l’excellence scientifique, ce qui se traduit par des publications dans des revues internationales. Parallèlement à ces dynamiques globales, le périmètre du Campus s’étend par le fait des alliances institutionnelles locales. L’analyse lexicométrique des productions scientifiques montre que les coopérations de proximité (entendu comme géographique et disciplinaire) sont les plus fréquentes. Ces transformations sociales, organisationnelles et techniques préexistent à la promesse scientifique consistant à mettre en avant la biologie intégrative pour affirmer la possibilité de concevoir un animal en fonction de finalités prescrites par des enjeux d’innovation et de durabilité

  • French
    Authors: 
    Millet, Jacques; Romary, Laurent;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Perspective d'Inria à l'occasion des 20 ans de l'ABES

  • Publication . Other literature type . Conference object . 2015
    French
    Authors: 
    Perrin, Emmanuelle;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    L’étude des fonds iconographiques ou textuels relatifs aux monuments du Caire soulève des difficultés de traitement en raison des multiples variantes issues de la translittération, en caractères latins, des toponymes arabes. Le laboratoire InVisu a établi un référentiel multilingue arabe, français et anglais, qui propose une solution innovante pour identifier, décrire et localiser les 600 édifices classés du Caire. Ce thésaurus est publié au format SKOS (Simple Knowledge Organization System) et aligné sur des jeux de données de référence (data.bnf, Library of Congress, Getty, DBpedia, VIAF et GeoNames).

  • French
    Authors: 
    Catherine Alès; Richard Arena; Astrid Brandt-Grau; Naceur Chaabane; Geneviève Cortes; Renaud Crespin; Julien Fretel; Delphine Gardey; Ivan Guermeur; Lamine Gueye; +12 more
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
  • French
    Authors: 
    Bergounioux, Gabriel; Colombat, Bernard; Léon, Jacqueline;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Cette publication des Dossiers d’HEL, supplément électronique à la revue HEL, comporte huit articles issus des communications du colloque SHESL-HTL 2015 « Corpus et constitution des savoirs linguistiques ». Ce colloque a eu lieu les 30 et 31 janvier 2015 à Paris et a été co-organisé par la SHESL, le laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques (UMR 7597) et le Laboratoire Ligérien de Linguistique (UMR 7270), sous la direction de Gabriel Bergounioux, Bernard Colombat et Jacqueline Léon (cf. l’appel à colloque et le programme [http://www.shesl.org/spip.php?rubrique76]). Une autre partie des communications a fait l’objet d’une publication dans le numéro XXXVIII/2 d’Histoire Épistémologie Langage, « Corpus et constitution des savoirs linguistiques et pérennisation des données » (décembre 2016). Nous en donnons la liste à la fin de cette présentation.

  • Open Access French
    Authors: 
    Gruson-Daniel, Célya;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Cette recherche prend la forme d’une enquête au sein des milieux de production des savoirs français contemporainset vise à comprendre les différentes significations du terme open en sciences. J’ai considéré le qualificatif open comme une formule. L’analyse de ses traductions en français (ouvert, libre, gratuit), tout autant que des noms qui lui sont associés (science, data, access), constitue le fil directeur de mon étude. Cette enquête, qui a débuté en 2013, s’est surtout centrée sur un évènement particulier, la consultation sur le projet de loi pour une République numérique (septembre octobre 2015), en particulier l’article 9 sur « le libre accès aux publications scientifiques de la recherche publique ».Cette consultation en ligne a donné une envergure nationale et publique aux problématiques d’accès aux savoirs. Entant qu’épreuve de réalité « équipée » d’un dispositif numérique participatif, elle a été l’occasion d’observer presque« en direct » la défense de différentes conceptions de « ce que devrait être » le régime contemporain des savoirs enFrance.M’inscrivant dans une démarche par théorisation ancrée, j’ai constitué progressivement, à propos de ce momentparticulier de cristallisation des débats sur l’open en sciences, un corpus de documents reflétant le déploiement deséchanges sur des espaces/dispositifs numériques distincts : site web de la consultation, blogs scientifiques, revuesacadémiques, médias « grand public », rapports. Les mouvements itératifs de cette enquête, alliant méthodesnumériques (réalisation d’une cartographie de similarité des votes) et analyse qualitative du corpus, tout autant que les concepts théoriques mobilisés à la croisée entre sciences de l’information et de la communication et sociologiepragmatique de la critique, ont donné lieu à une modélisation.Cette dernière expose les perspectives argumentatives et les stratégies dans l’épreuve mises en oeuvre par diversesparties prenantes pour faire valoir leurs conceptions. Elle montre qu’elles sont sous-tendues par des logiques que j’airattachées à des esprits successifs du régime français des savoirs. Par la suite, en passant de la modélisation à unethéorisation transposable à d’autres terrains de recherche, je montre comment, derrière les discours sur l’open, ladistinction entre deux logiques (technoindustrielle ou processuelle) peut être pertinente pour analyser lesreconfigurations actuelles d’autres agencements sociétaux. Les stratégies dans l’épreuve employées lors de laconsultation illustrent dans ce sens la coexistence de deux conceptions « numériques » de la démocratie (représentative étendue ou contributive), présentes dans le design même de la plateforme consultative.Dans la dernière partie, je propose d’expliquer les dynamiques de reconfiguration d’un esprit et d’un agencementsociétal dans une interprétation énactive en considérant les couplages permanents entre cognition, actions médiées par les technologies et environnement sociotechnique. L’expérience même du doctorat narrée tout au long de ce récitconstitue aussi l’exemple d’un processus d’énaction sur mes propres conceptions de l’open. En ce sens, elle ouvre une piste de réflexion sur la nature située et incarnée de toute production de savoirs, qui n'échappe pas aux limites tout autant qu’aux potentialités de la métacognition. This research investigates the worlds of contemporary French knowledge production in order to understand thedifferent meanings of the term ‘open’ in sciences. Specific attention has been drawn to the qualifying adjective ‘open’in relation to the French translations (ouvert, libre gratuit) as well as associated terms (science, data, access) with thisformula. This inquiry began in 2013 and focused mainly on a specific event, the consultation on the bill for a “DigitalRepublic” (September-October 2015), in particular Article 9 on "open access to scientific publications in publicresearch". This online consultation has allowed for a national and public scope to the issue of access to knowledges.As an “equipped” reality test via a participative website, arose the opportunity to observe almost "live" the defense ofdifferent conceptions of "what should be" the contemporary regime of knowledges in France.Through a grounded theory approach around this particular crystallisation moment of the debates on open in scienceshas led me to gradually constitute a corpus of documents, reflecting the deployment of the exchanges on differentdigital spaces/apparatus (consultation website, scientific blogs, academic notebooks, mainstream press, etc.). Withinan iterative research process, I combined digital methods (digital mapping of the similarity of votes) and qualitativeanalysis of the corpus, as well as the theoretical concepts mobilized at the crossroads between information andcommunication sciences and “pragmatic sociology of critique”.This enabled the development of a model which shows that the argumentative perspectives and the strategies in thetest implemented by various stakeholders to promote their own conceptions are underpinned by logics, which I haveattached to “spirits” of the French regime of knowledges. Subsequently, by switching from modeling to transposabletheorization into other fields of research, I show how the distinction between two logics (technoindustrial orprocessual), behind the discourses on open, can be relevant to analyze the current reconfigurations of other “societalarrangements”. The consultation by itself illustrates this point with the coexistence of two "digital" conceptions ofdemocracy (extended representative or contributive), embodied in the design of the consultative platform.In the last part, I propose to explain the dynamics between the reconfiguration of a spirit and its social arrangement,by considering the permanent coupling between cognition, technologically mediated actions and socio-technicalenvironment. Finally, the PhD experience narrated throughout this inquiry is also an example of an enaction processon my own conceptions of open. In this sense, it opens further reflections on the situated and incarnated nature ofany production of knowledges, which escapes neither the limits nor the potentialities of metacognition.

  • Open Access French
    Authors: 
    Vanden Daelen, Veerle; Edmond, Jennifer; Links, Petra; Priddy, Mike; Reijnhoudt, Linda; Tollar, Václav; van Nispen, Annelies; Hauwaert, Charlotte; Riondet, Charles;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | EHRI (654164)
Advanced search in Research products
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Any field
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
The following results are related to DARIAH EU. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
51 Research products, page 1 of 6
  • Open Access French
    Authors: 
    Savonnet, Marinette;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Les Systèmes d'Information Scientifique (SIS) sont des Systèmes d'Information (SI) dont le but est de produire de la connaissance et non pas de gérer ou contrôler une activité de production de biens ou de services comme les SI d'entreprise. Les SIS se caractérisent par des domaines de recherche fortement collaboratifs impliquant des équipes pluridisciplinaires et le plus souvent géographiquement éloignées, ils manipulent des données aux structures très variables dans le temps qui vont au-delà de la simple hétérogénéité : nuages de points issus de scanner 3D, modèles numériques de terrain, cartographie, publications, données issues de spectromètre de masse ou de technique de thermoluminescence, données attributaires en très grand volume, etc. Ainsi, contrairement aux bases de données d'entreprise qui sont modélisées avec des structures établies par l'activité qu'elles supportent, les données scientifiques ne peuvent pas se contenter de schémas de données pré-definis puisque la structure des données évolue rapidement de concert avec l'évolution de la connaissance. La gestion de données scientifiques nécessite une architecture de SIS ayant un niveau d'extensibilité plus élevé que dans un SI d'entreprise. Afin de supporter l'extensibilité tout en contrôlant la qualité des données mais aussi l'interopérabilité, nous proposons une architecture de SIS reposant sur : - des données référentielles fortement structurées, identifiables lors de la phase d'analyse et amenées à évoluer rarement ; - des données complémentaires multi-modèles (matricielles, cartographiques, nuages de points 3D, documentaires, etc.). Pour établir les liens entre les données complémentaires et les données référentielles, nous avons utilisé un unique paradigme, l'annotation sémantique. Nous avons proposé un modèle formel d'annotation à base ontologique pour construire des annotations sémantiques dont la cohérence et la consistance peuvent être contrôlées par une ontologie et des règles. Dans ce cadre, les annotations offrent ainsi une contextualisation des données qui permet de vérifier leur cohérence, par rapport à la connaissance du domaine. Nous avons dressé les grandes lignes d'une sémantique du processus d'annotation par analogie avec la sémantique des langages de programmation. Nous avons validé notre proposition, à travers deux collaborations pluridisciplinaires : - le projet ANR CARE (Corpus Architecturae Religiosae Europeae - IV-X saec. ANR-07- CORP-011) dans le domaine de l'archéologie. Son objectif était de développer un corpus numérique de documents multimédia sur l'évolution des monuments religieux du IVe au XIe siècle (http://care.tge-adonis.fr). Un assistant d'annotation a été développé pour assurer la qualité des annotations par rapport à la connaissance représentée dans l'ontologie. Ce projet a donné lieu au développement d'une extension sémantique pour MediaWiki ; - le projet eClims dans le domaine de la protéomique clinique. eClims est un composant clinique d'un LIMS (Laboratory Information Management System) développé pour la plate-forme de protéomique CLIPP. eClims met en oeuvre un outil d'intégration basé sur le couplage entre des modèles représentant les sources et le système protéomique, et des ontologies utilisées comme médiatrices entre ces derniers. Les différents contrôles que nous mettons en place garantissent la validité des domaines de valeurs, la complétude, la consistance des données et leur cohérence. Le stockage des annotations est assuré par une Base de Données orientées colonnes associée à une Base de Données relationnelles.

  • Open Access French
    Authors: 
    Angela Cossu;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Pouyllau, Stéphane;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | HaS-DARIAH (675570)

    International audience; Le web sémantique et l'ouverture des données (publications, archives, référentiels) dans les sciences humaines et sociales (SHS) ont permis la création outils de recherche nouveaux permettant à la fois de créer des portails documentaires (autour de moteurs de recherche sémantiques) et des applications pouvant être embarquées dans des sites web. ISIDORE, l'accès unifié aux données, publications et informations des SHS entre dans cette catégorie. Lancé en 2010 par le CNRS et actuellement développé par Huma-Num, ISIDORE propose, outre un moteur de recherche sur le web, une collection d'applications permettant de l'utiliser de façon « embarqué » pour des usages aux plus près des besoins des enseignants-chercheurs et des étudiants.

  • Open Access French
    Authors: 
    Lhoste, Evelyne;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Notre enquête porte sur le centre national de recherche zootechnique de l’Inra à Jouy-en-Josas (CNRZ), le berceau de la recherche sur les productions animales. Ouvert en 1950 avec pour enjeu de recherche la modernisation de l’élevage français, le domaine agricole de Vilvert fut quasiment déserté dans les années 1970 suite à une vague de décentralisation imposée par l’Etat. Lorsqu’en 1980 l’Inra se lance dans les biotechnologies, Le centre de recherche de Jouy-en-Josas en devient le fer de lance. Il est aussi entraîné dans le mouvement de polarisation de la recherche au sein de la Région Ile-de France et plus tard, de l’Université Paris-Saclay. Bien qu’il ne porte plus l’épithète « national », le Campus de Vilvert conserve une haute valeur symbolique pour l’institution du fait de sa situation métropolitaine et de son envergure internationale. En abordant le Campus de l’Inra de Jouy-en-Josas comme un paysage socio-technique qui rend visible l’histoire du champ scientifique des productions animales, nous étudions l’inscription de cet objet dans l’espace géographique à travers des cartes que nous mettons en parallèle avec l’évolution des territoires scientifiques. Dans l’espace scientifique, les champs thématiques se situent à la frontière des sciences de l’animal, de l’alimentation et des microbes. Nous avons cherché à cartographier les réseaux de collaboration scientifique à travers une analyse lexicométrique des productions scientifiques. Nous postulons que les changements dans la gestion du territoire physique traduisent les dynamiques sociales, épistémiques et politiques d’un champ de recherche autant qu’ils les modèlent. Ce travail contribue à l’étude des changements induits par le passage d’un régime de production des connaissances qualifié de colbertiste très lié aux filières de l’élevage à un régime de capitalisme académique voué aux biotechnologies (Bonneuil et Thomas, 2009) et comment ils s’inscrivent dans les matérialités. Cette notion de régime permet d’appréhender comment s’articule un ensemble non homogène mais néanmoins coordonné de discours, de pratiques, de productions (écrits, techniques, standards, procédures), de valeurs et de normes (épistémologiques, morales et sociales) dans et hors du monde de la recherche. Au niveau géographique, les bâtiments d’élevage sont déconstruits pour libérer de la surface au profit de laboratoires de biologie moléculaire. Ces agencements sont contemporains de transformations dans les cultures épistémiques des chercheurs. Dans la période antérieure, il s’agissait plutôt d’agronomes souvent plus enclins à transférer les connaissances à la profession qu’à rédiger des articles pour des revues scientifiques. La révolution « biotech » voit arriver de jeunes universitaires tandis que l’institution incite ses chercheurs à l’excellence scientifique, ce qui se traduit par des publications dans des revues internationales. Parallèlement à ces dynamiques globales, le périmètre du Campus s’étend par le fait des alliances institutionnelles locales. L’analyse lexicométrique des productions scientifiques montre que les coopérations de proximité (entendu comme géographique et disciplinaire) sont les plus fréquentes. Ces transformations sociales, organisationnelles et techniques préexistent à la promesse scientifique consistant à mettre en avant la biologie intégrative pour affirmer la possibilité de concevoir un animal en fonction de finalités prescrites par des enjeux d’innovation et de durabilité

  • French
    Authors: 
    Millet, Jacques; Romary, Laurent;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Perspective d'Inria à l'occasion des 20 ans de l'ABES

  • Publication . Other literature type . Conference object . 2015
    French
    Authors: 
    Perrin, Emmanuelle;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    L’étude des fonds iconographiques ou textuels relatifs aux monuments du Caire soulève des difficultés de traitement en raison des multiples variantes issues de la translittération, en caractères latins, des toponymes arabes. Le laboratoire InVisu a établi un référentiel multilingue arabe, français et anglais, qui propose une solution innovante pour identifier, décrire et localiser les 600 édifices classés du Caire. Ce thésaurus est publié au format SKOS (Simple Knowledge Organization System) et aligné sur des jeux de données de référence (data.bnf, Library of Congress, Getty, DBpedia, VIAF et GeoNames).

  • French
    Authors: 
    Catherine Alès; Richard Arena; Astrid Brandt-Grau; Naceur Chaabane; Geneviève Cortes; Renaud Crespin; Julien Fretel; Delphine Gardey; Ivan Guermeur; Lamine Gueye; +12 more
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
  • French
    Authors: 
    Bergounioux, Gabriel; Colombat, Bernard; Léon, Jacqueline;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Cette publication des Dossiers d’HEL, supplément électronique à la revue HEL, comporte huit articles issus des communications du colloque SHESL-HTL 2015 « Corpus et constitution des savoirs linguistiques ». Ce colloque a eu lieu les 30 et 31 janvier 2015 à Paris et a été co-organisé par la SHESL, le laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques (UMR 7597) et le Laboratoire Ligérien de Linguistique (UMR 7270), sous la direction de Gabriel Bergounioux, Bernard Colombat et Jacqueline Léon (cf. l’appel à colloque et le programme [http://www.shesl.org/spip.php?rubrique76]). Une autre partie des communications a fait l’objet d’une publication dans le numéro XXXVIII/2 d’Histoire Épistémologie Langage, « Corpus et constitution des savoirs linguistiques et pérennisation des données » (décembre 2016). Nous en donnons la liste à la fin de cette présentation.

  • Open Access French
    Authors: 
    Gruson-Daniel, Célya;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Cette recherche prend la forme d’une enquête au sein des milieux de production des savoirs français contemporainset vise à comprendre les différentes significations du terme open en sciences. J’ai considéré le qualificatif open comme une formule. L’analyse de ses traductions en français (ouvert, libre, gratuit), tout autant que des noms qui lui sont associés (science, data, access), constitue le fil directeur de mon étude. Cette enquête, qui a débuté en 2013, s’est surtout centrée sur un évènement particulier, la consultation sur le projet de loi pour une République numérique (septembre octobre 2015), en particulier l’article 9 sur « le libre accès aux publications scientifiques de la recherche publique ».Cette consultation en ligne a donné une envergure nationale et publique aux problématiques d’accès aux savoirs. Entant qu’épreuve de réalité « équipée » d’un dispositif numérique participatif, elle a été l’occasion d’observer presque« en direct » la défense de différentes conceptions de « ce que devrait être » le régime contemporain des savoirs enFrance.M’inscrivant dans une démarche par théorisation ancrée, j’ai constitué progressivement, à propos de ce momentparticulier de cristallisation des débats sur l’open en sciences, un corpus de documents reflétant le déploiement deséchanges sur des espaces/dispositifs numériques distincts : site web de la consultation, blogs scientifiques, revuesacadémiques, médias « grand public », rapports. Les mouvements itératifs de cette enquête, alliant méthodesnumériques (réalisation d’une cartographie de similarité des votes) et analyse qualitative du corpus, tout autant que les concepts théoriques mobilisés à la croisée entre sciences de l’information et de la communication et sociologiepragmatique de la critique, ont donné lieu à une modélisation.Cette dernière expose les perspectives argumentatives et les stratégies dans l’épreuve mises en oeuvre par diversesparties prenantes pour faire valoir leurs conceptions. Elle montre qu’elles sont sous-tendues par des logiques que j’airattachées à des esprits successifs du régime français des savoirs. Par la suite, en passant de la modélisation à unethéorisation transposable à d’autres terrains de recherche, je montre comment, derrière les discours sur l’open, ladistinction entre deux logiques (technoindustrielle ou processuelle) peut être pertinente pour analyser lesreconfigurations actuelles d’autres agencements sociétaux. Les stratégies dans l’épreuve employées lors de laconsultation illustrent dans ce sens la coexistence de deux conceptions « numériques » de la démocratie (représentative étendue ou contributive), présentes dans le design même de la plateforme consultative.Dans la dernière partie, je propose d’expliquer les dynamiques de reconfiguration d’un esprit et d’un agencementsociétal dans une interprétation énactive en considérant les couplages permanents entre cognition, actions médiées par les technologies et environnement sociotechnique. L’expérience même du doctorat narrée tout au long de ce récitconstitue aussi l’exemple d’un processus d’énaction sur mes propres conceptions de l’open. En ce sens, elle ouvre une piste de réflexion sur la nature située et incarnée de toute production de savoirs, qui n'échappe pas aux limites tout autant qu’aux potentialités de la métacognition. This research investigates the worlds of contemporary French knowledge production in order to understand thedifferent meanings of the term ‘open’ in sciences. Specific attention has been drawn to the qualifying adjective ‘open’in relation to the French translations (ouvert, libre gratuit) as well as associated terms (science, data, access) with thisformula. This inquiry began in 2013 and focused mainly on a specific event, the consultation on the bill for a “DigitalRepublic” (September-October 2015), in particular Article 9 on "open access to scientific publications in publicresearch". This online consultation has allowed for a national and public scope to the issue of access to knowledges.As an “equipped” reality test via a participative website, arose the opportunity to observe almost "live" the defense ofdifferent conceptions of "what should be" the contemporary regime of knowledges in France.Through a grounded theory approach around this particular crystallisation moment of the debates on open in scienceshas led me to gradually constitute a corpus of documents, reflecting the deployment of the exchanges on differentdigital spaces/apparatus (consultation website, scientific blogs, academic notebooks, mainstream press, etc.). Withinan iterative research process, I combined digital methods (digital mapping of the similarity of votes) and qualitativeanalysis of the corpus, as well as the theoretical concepts mobilized at the crossroads between information andcommunication sciences and “pragmatic sociology of critique”.This enabled the development of a model which shows that the argumentative perspectives and the strategies in thetest implemented by various stakeholders to promote their own conceptions are underpinned by logics, which I haveattached to “spirits” of the French regime of knowledges. Subsequently, by switching from modeling to transposabletheorization into other fields of research, I show how the distinction between two logics (technoindustrial orprocessual), behind the discourses on open, can be relevant to analyze the current reconfigurations of other “societalarrangements”. The consultation by itself illustrates this point with the coexistence of two "digital" conceptions ofdemocracy (extended representative or contributive), embodied in the design of the consultative platform.In the last part, I propose to explain the dynamics between the reconfiguration of a spirit and its social arrangement,by considering the permanent coupling between cognition, technologically mediated actions and socio-technicalenvironment. Finally, the PhD experience narrated throughout this inquiry is also an example of an enaction processon my own conceptions of open. In this sense, it opens further reflections on the situated and incarnated nature ofany production of knowledges, which escapes neither the limits nor the potentialities of metacognition.

  • Open Access French
    Authors: 
    Vanden Daelen, Veerle; Edmond, Jennifer; Links, Petra; Priddy, Mike; Reijnhoudt, Linda; Tollar, Václav; van Nispen, Annelies; Hauwaert, Charlotte; Riondet, Charles;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | EHRI (654164)