Advanced search in Research products
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Any field
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
The following results are related to DARIAH EU. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
17 Research products, page 1 of 2

  • DARIAH EU
  • Publications
  • Other research products
  • Conference object
  • French
  • Mémoires en Sciences de l'Information et de la Communication
  • Hal-Diderot
  • INRIA a CCSD electronic archive server
  • ProdInra
  • DARIAH EU

10
arrow_drop_down
Date (most recent)
arrow_drop_down
  • French
    Authors: 
    Chagué, Alix; Terriel, Lucas; Romary, Laurent;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Elie Allouche;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Cette intervention aborde le thème des convergences entre les humanités numériques (HN) et le numérique à l'École à partir des enjeux de formation. Notre analyse s'appuie principalement sur deux champs d'observation : les formations au numérique proposées en académie à destination des professeurs des écoles, collèges et lycées ; les formations en HN, à partir d'une analyse en cours de la base Dariah course registry. Notre hypothèse est que ces formations soulèvent des questionnements communs : à quels besoins sociaux, pédagogiques et scientifiques répondent-elles ? ; quel continuum de formation au numérique de l'école à l'université ? ; quelle place du numérique dans les référentiels, les discours institutionnels ? ; quelle est la réalité des pratiques dans l'enseignement, la recherche et la formation ? ; concernant les contenus de formation, quel équilibre établir entre approches disciplinaire et interdisciplinaire, approche par les outils et les techniques et approche par la culture et/ou la conduite de projet ? A terme il s'agirait donc d'envisager une réflexion commune entre les acteurs de l'éducation et ceux de la recherche sur la question plus globale de la construction et de la diffusion des savoirs en environnement numérique.

  • French
    Authors: 
    Cuxac, Pascal; Collignon, Alain; Gregorio, Stéphanie; Parmentier, François;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; In this paper we present an automatic approach to disambiguate and align geographic entities. A method based on word embeddings allows, from unsupervised learning, to remove ambiguity with polysemic terms. This allows automatic alignment with different databases (BNF, wikidata...) having a triplestore. We then use semantic web technologies, both to expose the data in a different way (data.istex) but also to allow complex queries that cannot be solved from traditional search engines. We will discuss a concrete case based on the ISTEX database, and a qualitative evaluation of the method will be proposed.; Dans cet article nous présentons une approche automatique visant à désambiguïser et aligner des entités géographiques de type placeName. Une méthode basée sur des plongements lexicaux permet, à partir d'un apprentissage non supervisé de lever l'ambiguïté face à un terme polysémique. Cela permet alors un alignement automatique avec différents réservoirs (BNF, wikidata…) possédant un triplestore. Nous utilisons alors les technologies du web sémantique, pour à la fois exposer les données de façon différente (data.istex) mais également autoriser des requêtes complexes impossibles à résoudre à partir de moteurs de recherche classiques. Nous aborderons un cas concret basé sur le réservoir ISTEX, et une évaluation qualitative de la méthode sera proposée.

  • Open Access French
    Authors: 
    Blandine Nouvel;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Cree par le reseau Frantiq (Federation et Ressources sur l'Antiquite), initialement pour l'indexation documentaire de la litterature scientifique, PACTOLS est un reservoir unique de metadonnees thematiques reserve a l'archeologie. Le gestionnaire de thesaurus sur lequel il s'appuie, Opentheso, lui confere en outre des capacites techniques d'ouverture et d'interoperabilite qui completent sa normalisation. De plus, l'attribution d'un identifiant perenne a chaque concept fait de chacun un objet web, reperable et citable. PACTOLS constitue ainsi, de fait, un vocabulaire pivot qui repond aux standards du web semantique et de la science ouverte. Il respecte les principes FAIR : il est consultable et accessible librement en ligne, il est interoperable et reutilisable. Ses caracteristiques lexicales et normatives representent un outil au potentiel rare, propose aujourd'hui a tous les acteurs de l'archeologie. Le projet de developpement des PACTOLS, conduit dans le cadre du Consortium MASA de la Tres Grande Infrastructure de Recherche Huma-Num, est destine a offrir a la communaute des archeologues un vocabulaire de reference qui facilite le partage, sur le web, des donnees et des productions scientifiques en archeologie. Il s'oriente dans deux directions : il s'agit d'une part de consolider la structure semantique qui aboutit a la reorganisation des domaines, facilitant la navigation dans le thesaurus. D'autre part, les contenus terminologiques sont enrichis, notamment par l'ajout de vocabulaires de specialites et par l'alignement avec des vocabulaires et des programmes scientifiques du domaine, presents sur le web. La reorganisation du thesaurus se conduit en etroite collaboration avec les experts concernes. Pour cela, les modalites de contribution dynamique au thesaurus sont elargies a tous les acteurs de la discipline, sur la base de niveaux d'autorisation specifiques. Une communaute elargie s'organise, formee et accompagnee a la prise en main partagee du thesaurus. Car PACTOLS, comme vocabulaire de reference, est preconise des le traitement des donnees de fouilles, par exemple a l'Inrap. Il est aussi associe a des programmes de valorisation des donnees de la recherche et integre par plusieurs revues d'archeologie a leur production, via la chaine de production editoriale Metopes en XML-TEI. PACTOLS, reservoir commun pour les metadonnees en archeologie et archeoscience, constitue une brique a l'interoperabilite des donnees. Il s'insere aisement dans des systemes simples de bases de donnees ou organises plus puissamment avec des ontologies pour un web des donnees liees.

  • French
    Authors: 
    Marchand, Joël;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Huma-Num is a Very Large Research Infrastructure (known by its initials in French as TGIR) led by the French Ministry of Higher Education and Research and operated by the CNRS (the French National Centre for Scientific Research).It provides services to the entire Humanities and Social Sciences (HSS) academic community and particularly digital services that are focused on research data management with the aim of helping researchers manage the lifecycle of their data.Huma-Num has designed and provided to the community a new storage service for large volumes (several terabytes) of cold or warm data, so-called because it is rarely accessed or modified, but which does have a high value and therefore needs to be safely secured.How the project was designed, the desired outcomes compared with the previous solution (iRods), the selected solution (Active-Circle software on generally-available hardware), the features of the solution, the network architecture implemented (deployment on RENATER through VPN) and the integration with an LDAP directory will be presented.The collaboration that has been set up with the MSH (Houses of the Human Sciences), the information systems directorates of the affiliated universities and with RENATER will also be described.A progress report on the deployment of the project in seven points of presence in France will be provided, and the project’s development opportunities will be pointed out.; Huma-Num est une Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) pilotée par le Ministère de l'enseigne-ment supérieur et de la recherche, et opérée par le CNRS. Elle rend des services à l'ensemble de la communauté académique en Sciences Humaines et Sociales (SHS) et notamment des services numériques, orientés sur la gestion des données de la recherche, ceci dans le but d'aider les chercheurs à gérer la vie de leurs données. Huma-Num a conçu et proposé à la communauté un nouveau service de stockage nommé Huma-Num Box et destiné aux gros volumes de données (plusieurs To) dites « froides » ou « tièdes », c'est-à-dire peu accédées et modifiées, mais à forte valeur et donc nécessitant une sécurisation importante. Il sera exposé la façon dont le projet a été conçu, les objectifs recherchés par rapport à la solution pré-cédente (iRods), la solution retenue (logiciel Active-Circle sur matériel banalisé), les fonctionnalités de la solution, l'architecture réseau mise en oeuvre (déploiement sur RENATER au travers de VPN) et l'intégra-tion avec un annuaire LDAP. Il sera également indiqué les collaborations qui ont été mises en place avec les Maisons des Sciences de l'Homme (MSH), les DSI des universités de rattachement, et RENATER. Il sera fait un point d'étape sur le déploiement du projet dans 7 points de présence sur le territoire, et indiqué les perspectives d'évolution du projet.

  • French
    Authors: 
    Baude, Olivier; Joffres, Adeline; Larrousse, Nicolas; Pouyllau, Stéphane;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Joachim Schöpfel; Eric Kergosien; Hélène Prost;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Dans nos séminaires, colloques et enquêtes, nous sommes régulièrement interpellés sur ce point : « Pour commencer, pourriez-vous définir ce que veut dire ‘données de la recherche’ ? » Une bonne question : pouvons-nous les définir ? Que savons-nous de ces objets à la fois scientifiques, politiques et économiques que sont les données ? Souvent, nous répondons avec Borgman et al. (2012) que les données, c’est un concept difficile à définir à cause de leur grande variété, qu’elles fussent physiques ou numériques. Mais est-ce vraiment satisfaisant ?Selon Chignard (2012, p.10), « tout est donnée ». Dans l’introduction de son livre "Big data, little data, no data", C. Borgman (2015) constate qu’il est impossible de s’accorder sur une seule définition, en particulier en sciences humaines et sociales. Certains guides, manuels et présentations omettent tout simplement de définir leur objet, se limitant à énumérer quelques exemples pour délimiter le périmètre. Or, ce genre d’absence de consensus sur la définition de concepts-clés est caractéristique pour des domaines émergents (De Mauro et al. 2016) mais ne suffit pas ni pour la curation des données, ni pour la recherche, ni pour la mise en œuvre d’une politique raisonnée d’information scientifique et technique.

  • French
    Authors: 
    Puren, Marie;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | IPERION CH (654028)

    International audience; Avec la mise en place de grandes infrastructures de recherche en sciences du patrimoine comme E-RIHS, on rassemble des acteurs divers, issus à la fois des sciences humaines et sociales et des sciences expérimentales. Le paléontologue croise l'historien de l'art, et lephysicien collabore avec le restaurateur.Dans ce cadre, la gestion des données de la recherche est un véritable défi, car elle doit rassembler, valoriser et rendre accessibles des données produites par des protagonistes très différents, utilisant des méthodes elles aussi très différentes. Comment en effet gérer et échanger à la fois des données d'expériences, des images numérisées et des rapports de restauration ?Le cycle de vie des données de la recherche, de leur création à leur diffusion en passant par leur analyse, au sein de cette communauté interdisciplinaire interroge la définition même de ce type de données, et nous amène à questionner les pratiques autour de celles-ci.

  • Open Access French
    Authors: 
    Lhoste, Evelyne;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    National audience; Notre enquête porte sur le centre national de recherche zootechnique de l’Inra à Jouy-en-Josas (CNRZ), le berceau de la recherche sur les productions animales. Ouvert en 1950 avec pour enjeu de recherche la modernisation de l’élevage français, le domaine agricole de Vilvert fut quasiment déserté dans les années 1970 suite à une vague de décentralisation imposée par l’Etat. Lorsqu’en 1980 l’Inra se lance dans les biotechnologies, Le centre de recherche de Jouy-en-Josas en devient le fer de lance. Il est aussi entraîné dans le mouvement de polarisation de la recherche au sein de la Région Ile-de France et plus tard, de l’Université Paris-Saclay. Bien qu’il ne porte plus l’épithète « national », le Campus de Vilvert conserve une haute valeur symbolique pour l’institution du fait de sa situation métropolitaine et de son envergure internationale. En abordant le Campus de l’Inra de Jouy-en-Josas comme un paysage socio-technique qui rend visible l’histoire du champ scientifique des productions animales, nous étudions l’inscription de cet objet dans l’espace géographique à travers des cartes que nous mettons en parallèle avec l’évolution des territoires scientifiques. Dans l’espace scientifique, les champs thématiques se situent à la frontière des sciences de l’animal, de l’alimentation et des microbes. Nous avons cherché à cartographier les réseaux de collaboration scientifique à travers une analyse lexicométrique des productions scientifiques. Nous postulons que les changements dans la gestion du territoire physique traduisent les dynamiques sociales, épistémiques et politiques d’un champ de recherche autant qu’ils les modèlent. Ce travail contribue à l’étude des changements induits par le passage d’un régime de production des connaissances qualifié de colbertiste très lié aux filières de l’élevage à un régime de capitalisme académique voué aux biotechnologies (Bonneuil et Thomas, 2009) et comment ils s’inscrivent dans les matérialités. Cette notion de régime permet d’appréhender comment s’articule un ensemble non homogène mais néanmoins coordonné de discours, de pratiques, de productions (écrits, techniques, standards, procédures), de valeurs et de normes (épistémologiques, morales et sociales) dans et hors du monde de la recherche. Au niveau géographique, les bâtiments d’élevage sont déconstruits pour libérer de la surface au profit de laboratoires de biologie moléculaire. Ces agencements sont contemporains de transformations dans les cultures épistémiques des chercheurs. Dans la période antérieure, il s’agissait plutôt d’agronomes souvent plus enclins à transférer les connaissances à la profession qu’à rédiger des articles pour des revues scientifiques. La révolution « biotech » voit arriver de jeunes universitaires tandis que l’institution incite ses chercheurs à l’excellence scientifique, ce qui se traduit par des publications dans des revues internationales. Parallèlement à ces dynamiques globales, le périmètre du Campus s’étend par le fait des alliances institutionnelles locales. L’analyse lexicométrique des productions scientifiques montre que les coopérations de proximité (entendu comme géographique et disciplinaire) sont les plus fréquentes. Ces transformations sociales, organisationnelles et techniques préexistent à la promesse scientifique consistant à mettre en avant la biologie intégrative pour affirmer la possibilité de concevoir un animal en fonction de finalités prescrites par des enjeux d’innovation et de durabilité

  • French
    Authors: 
    Kunstmann, Pierre; Bozzi, Andrea; Parodi, Giovanni; Pierrel, Jean-Marie; Stein, Achim;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Quand les organisateurs de notre congrès m’ont demandé, l’an dernier, d’animer la présente table ronde sur lesquestions « Quels corpus et quels outils d’exploitation de corpus », il s’agissait bien entendu dans leur esprit decorpus et d’outils électroniques. Non que les corpus statiques imprimés soient aujourd’hui sans valeur : ils sont encoreutilisés, quoique rarement. J’avoue d’ailleurs avoir commis moi-même un travail de ce genre. Petite anecdote : il y aplus d’une trentaine d’années, ma Concordance analytique de la Mort le Roi Artu, fut publiée aux Éditions del’Université d’Ottawa en 2 gros volumes, soit un total de pas moins de 2000 pages. Le regretté Kurt Baldinger, l’undes phares de la linguistique romane, dans un compte rendu qu’il fit paraître de mes deux volumes dans la revue denotre société, parla de heidenarbeit, travail de bénédictin. L’expression ne manqua pas de me surprendre, car j’avaisalors pris résolument le parti du numérique et je procédai avec une vitesse et une précision que notre confrère n’avaitsans doute pas pu imaginer. Nous assistions alors aux nouvelles Noces de Philologie et de Mercure, à l’ « allianceheureuse du génie informatique et de l'érudition textuelle »1. Les nouvelles technologies ont apporté au linguiste et auphilologue des aides considérables et des perspectives nouvelles, qui peuvent dérouter ou donner le vertige. Si elles nesauraient remplacer le jugement critique de l’expert, celui-ci, de son côté, ne saurait non plus se passer d’elles àchaque étape de sa recherche.